Catégorie : Les auteurs

David Farley

drfun12

David Farley est l’auteur de Dr Fun, traduit depuis 2007 sur le portail lapin.

 »Mais si on me demande ce que j’ai fait entre 30 et 40 ans, je pourrais dire que j’ai fait Docteur Fun. Je vis à Chicago, je conduis une Saab, et j’ai deux lapins. Je cours beaucoup. C’est d’ailleurs grâce à ça que malgré 520 semaines de Docteur Fun je ne pèse pas 120 kilos. Beaucoup de choses ont changé depuis le début de Docteur Fun, et beaucoup de choses sont restées les mêmes. Par exemple, j’ai toujours le même boulot, je travaille encore pour la bibliothèque de l’université de Chicago.

Réaliser Docteur Fun a toujours été une activité chronophage. Ma seule vraie compétence consiste à remplir des pages de gribouillons représentant des idées de gags. Souvent, je suis incapable de me relire, ce qui est un gros problème, parce que les idées les plus drôles pourraient être les plus illisibles. Mes capacités artistiques sont rudimentaires, du coup dessiner et colorier le strip a toujours été quelque peu automatique.

Le processus a évolué au fil des années, même si le format est toujours resté le même. Lorsque j’ai commencé, le matériel que j’utilisais était trop lent pour suivre un dessin à main levé sur tablette graphique, sans compter le fait que la seule tablette que j’avais les moyens d’acheter n’avait aucune sensibilité à la pression, et que le crayon était attaché à un fil. Je devais donc scanner les dessins, et ensuite, je les coloriais avec Aldus Photostyler. Par contre, j’étais à la pointe de la technologie pour d’autres choses : j’avais une carte vidéo Opti Mona Lisa 24 bit 1024×748 que j’avais achetée à quelqu’un sur Usenet. De nos jours, ça semble insignifiant, mais en 1993, c’était quelque chose d’extraordinaire sur un PC. Mais c’était lent. Tellement lent qu’essayer de dessiner à l’ordinateur donnait un paquet de polygones pourris ; par contre, il était possible de colorier avec l’ordinateur. A l’époque, les calques n’existait pas, on faisait donc des copies multiples de fichiers, et si on se plantait dans ce qu’on faisait, il fallait revenir à la sauvegarde précédente. Une fois, j’ai eu un gros plantage de disques, et plusieurs strips qui n’avaient jamais été publiés ont été perdus pour toujours.

Les choses se sont améliorées au fil du temps : les tablettes étaient de meilleure qualité, les ordinateurs étaient plus rapides. Je suis passé finalement à Adobe Photoshop, et j’ai commencé à dessiner les strips intégralement sur ordinateur. Même si le matériel évoluait, les choses ne changeaient pas des masses. Les dernières années, j’ai dessiné Docteur Fun sur un ordinateur portable. Les deux premières années, j’arrivai à avoir des semaines d’avance sur mon planning, et je respectai facilement les échéances que je m’étais imposées. Mais ça fait longtemps que je n’ai plus qu’un ou deux jours d’avance, sachant que la plupart du temps, les strips sont dessinés la veille au soir. C’est la vie, elle change, et lorsque certains événements arrivaient, j’étais obligé d’arrêter Docteur Fun, ce que je détestais faire. Les derniers mois, je me suis investi à fond dans les strips sans faire de break, mais je n’aurais pas pu continuer cela indéfiniment. »

Extrait de David Farley parle de Dr Fun, sur le Zine Lapin.

Le site de Dr Fun.