Catégorie : Les auteurs

Maaarge

0022-ingridbetancourt_pirat

La coupe Waaaddle, tout est dans la coupe Waaaddle.

Élevée dans un lotissement mal famé d’une quelconque cité dortoir, Maaarge a grandi dans les années 80, l’époque maudite des joggings fluos et de la coupe de cheveux à la Waddle unisexe . Ses parents étaient d’ignobles tortionnaires qui la forçaient à écouter inlassablement l’intégrale de Georges Brassens quand elle n’aspirait qu’à se laisser bercer par la voix douce et suave de Véronique Jeannot chantant « J’ai fait l’amour avec la mer ».

Nourrie de choux de Bruxelles arrosés de sauce au beurre et vêtue de haillons mi-acrylique, mi-polyester, Maaarge était dotée d’un physique relativement ingrat, ce qui n’avait pas échappé au regard incisif des ses camarades de classe. Ceux-ci l’appelaient sobrement « la grosse». Un jour, l’un d’entre eux a même mis le feu à son survêtement vert pomme qui s’est embrasé à une vitesse vertigineuse, emportant en même temps une bonne partie de sa coupe à la ‘Waddle’. On ne la surnomma plus alors que « la collabo. », rapport à la tonsure consécutive à sa transformation en torche humaine. Parfois même, on l’appelait « la grosse collabo. ». Sombre époque…

Les passants dans la rue n’étaient eux aussi pas en reste. Ils détournaient le regard en la croisant ou pire, lui lançaient des choux de Bruxelles en riant à gorge déployée. Ils la montraient du doigt, lui faisaient des croche-pieds et lui collaient des chewing-gums Malabar dans le dos.

Quelle bande de sales cons.

Lorsque son père perdit son emploi à l’usine Paysan Breton pour cause de délocalisation au Viêt Nam, ce fût la disette et on envoya Maaarge dans la rue quémander quelques bouts de pain. Elle ne vît pas la couleur d’un croûton mais elle pût par contre observer une miraculeuse multiplication des choux de Bruxelles. Les temps étaient bien rudes. A force de travail acharné et en y mettant du sien, elle finît tout de même par s’en sortir et décida que, après avoir éradiqué la race des choux de Bruxelles de la planète, elle mettrait toute son énergie à aider les plus démunis en devenant sauveuse de l’humanité.

Pour l’instant, elle travaille activement à se sauver elle-même en se reversant l’intégralité de ses revenus mais elle a promis que le jour où elle aurait des enfants, elle ferait un petit effort pour partager.

Maximes préférées


 

L’avenir appartient à ceux qui sont vivants.
c’est en forgeant qu’on devient chômeur.
Il est interdit d’interdire d’interdire.
Noël au scanner, Pâques au cimetière (Pierre Desproges)

Webcomics


 

ingrid de Bétancourt Maaarge écrit Les aventures d’Ingrid de Bétancourt avec Puyo au dessin.